Autrefois, c’était un pays qu’on appelait “France”

Chère lectrice, cher lecteur,

Dans mon dernier message, je vous ai révélé que les dirigeants européens préparent en ce moment une réforme majeure des traités européens.

Ce texte, qui va transformer en profondeur le fonctionnement de l’UE, a déjà été adopté fin novembre par le Parlement européen.

Et les mesures qu’il contient (et que je vous ai décrites en détails ici) pourraient mettre le coup de grâce à la souveraineté nationale et avoir des conséquences fondamentales pour votre avenir

 

Vers la dissolution progressive des anciens États devenus inutiles

Dans tous les domaines, l’UE se dote d’instances supranationales, composées en général de personnes non élues, au service d’intérêts privés et d’entreprises multinationales :

  • un organe exécutif supranational : l’Exécutif européen (avec un Président de l’Union européenne)
  • un organe législatif supranational : le Parlement européen
  • une justice supranationale : la Cour de Justice de l’Union européenne (dont les jugements sont supérieurs à ceux des cours nationales)
  • une monnaie supranationale : l’Euro (qui va bientôt devenir “l’Euro numérique”, mais je vous en reparle juste après…)
  • une banque supranationale : la Banque centrale européenne
  • une armée supranationale : l’Agence européenne de Défense
  • des frontières externes supranationales : Frontex (puisqu’il n’y a plus de contrôles aux frontières internes dans l’espace Schengen)
  • et peut-être bientôt une politique sanitaire supranationale, sous la supervision de l’OMS

 

Petit à petit, les pays membres de l’UE deviennent donc de plus en plus des “échelons administratifs” vides de compétences réelles.

En réalité, vous ne vivez déjà plus en “France”, mais dans la “Province francophone de l’Union européenne”.

Vous pensez peut-être que j’exagère…

Mais si un État ne peut pas décider de façon souveraine de sa politique, de ses lois, de ses frontières, de sa monnaie, de sa justice et de son armée… vous aurez du mal à me convaincre que ce pays existe vraiment.

La grande question est donc maintenant…

 

Comment faire passer sans problème cette énorme refonte des traités de l’UE ?

La Commission européenne va organiser de façon démocratique un grand référendum européen pour que tous les citoyens puissent dire s’ils souhaitent, ou pas, que ce traité soit…

Non, mais évidemment que non, soyons sérieux !

Depuis quand les dirigeants européens ont-ils besoin de vous demander votre avis pour prendre des décisions qui vous concernent ?

Voici comment cela devrait se produire…

Déjà, les eurodéputés ont demandé que le texte soit soumis “immédiatement” et “sans délibération” au Conseil européen.

Ils veulent que les choses aillent au plus vite et sans publicité, pour éviter de faire des vagues avant les élections européennes de juin 2024.

Puis, une fois que ces “formalités électorales” seront passées, les 27 chefs d’États pourront convoquer une Convention pour la révision des traités de l’UE et adopter ce nouveau texte à la majorité simple.

Il y aura sans doute des mécontents, à commencer par certains pays qui s’opposent à cette soumission totale à Bruxelles, comme la Pologne, par la voix de son eurodéputé Ryszard Antoni Legutko :

“Pour qui vous prenez-vous, à vous placer au-dessus des États ?”

Mais que cela leur plaise, ou non, ils n’auront pas le choix que de se plier aux nouvelles règles qui seront imposées par l’UE.

Et ensuite, quelles pourraient être les prochaines étapes ?

Ce texte ouvre la porte à d’autres mesures qui viendraient renforcer encore plus le pouvoir de l’UE par rapport aux pays membres.

Par exemple, il pourrait y avoir :

  • la perte du siège de la France au Conseil de sécurité de l’ONU

Les cinq membres permanents (qui disposent d’un droit de veto) sont les États-Unis, la Chine, la Russie, le Royaume-Uni et… la France.

Cherchez l’erreur…

Je prends ici le pari que la France finira par être éjectée du Conseil de sécurité de l’ONU et que son siège sera donné à l’UE.

  • la création d’un impôt européen

La première version de cet “impôt européen” pourrait être la mise en place d’une taxe carbone.

Ce serait le prétexte idéal, puisque cette taxe serait transfrontalière par nature.

Tous les habitants de l’UE seraient donc prélevés en fonction de leur “empreinte carbone” (à chaque plein d’essence, à chaque achat de billets d’avion, ou à chaque fois que vous achetez un steak plutôt qu’un paquet de lentilles…)

  • le lancement de l’Euro numérique

La BCE est déjà en phase de tests opérationnels de sa monnaie numérique de Banque centrale (MNBC).

L’Euro numérique pourrait donc être déployé d’ici deux à trois ans…

Et l’objectif pour la BCE est d’avoir une monnaie traçable et programmable.

Parce que cela lui permettrait de contrôler toutes vos transactions en temps réel.

Étape par étape, l’UE installe donc autour de vous un arsenal complet d’outils à sa disposition pour vous contrôler à chaque instant.

Votre liberté d’agir, de vous déplacer, d’acheter, ou d’épargner, pourrait bientôt être soumise à l’accord de ces instances européennes toutes puissantes et de leurs règlements…

Pour conserver votre indépendance financière, je vous recommande donc de vous constituer au plus vite un wallet de cryptomonnaies décentralisées (c’est-à-dire en dehors du système contrôlé par la BCE).

Et c’est pourquoi je vous donne accès ICI à une méthode simple pour acheter vos premières cryptos.

Amicalement,

Marc Schneider

 

La Lettre Argo Éditions

Inscrivez-vous et recevez en cadeau le dossier « Acheter ma première action »

Recevez ma lettre gratuite

Politique de confidentialité
5 3 votes
Évaluation de l'article
S’abonner
Notification pour
guest

2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
GERARD
GERARD
2 mois il y a

Bonjour,
Est-ce que les pays « adhérents » aux BRICS auront les mêmes désagréments que vous décrivez dans les pays de l’EU ?…

Aguet
Aguet
2 mois il y a

Bonjour à tous,
Anti-européen, par rapport à la configuration actuelle et le côté organisationnel tout sauf démocratique, je pense toutefois qu’il est nécessaire de nous unifier !
Je suis Suisse. Je pense qu’en tenant compte de nos défauts, personne n’est parfait, notre système confédéral, serais LA formule la plus adéquate pour l’Europe !
Pour rappel aux non-Suisses : démocratie direct, initiative populaire, référendum.
Votation : majorité simple !
Prise de décisions : communale/cantonal/fédéral (pays).
Présidence tournante.
Armée : ne nous leurrons pas !! Jamais, au grand jamais, nous arriverons au niveau des USA ! Aussi, par pragmatisme, visons une répartition des « tâches », zones d’influences directes, ou indirectes. A travers le système de l’O.T.A.N qu’on apprécie, ou pas.
Mais soyons sérieux, au niveau de l’armement et du décisionnel, ayons un socle commun, qui correspondrait à une efficacité et un coût gérance.
Concernant l’O.N.U, ainsi que le C.I.C.R sont morts ! Une refonte totale est nécessaire : Conseil de Sécurité « d’aujourd’hui  » (USA/CHINE/RUSSIE/INDE/AFRIQUE – avec une tournante/Amérique du Sud idem.
Nouveau « Bretton Woods » nécessaire : panier de monnaies, matières premières, or, avec comme vecteur Mondial une monnaie numérique (pour partie : business, deuxième échange pour tous un chacun).